Une étude de prospective, pourquoi ?

« L’avenir ne se prévoit pas, il se prépare. » Tel est l’objet de la stratégie.

Actuellement, une étude de prospective territoriale est en préparation dans le Sud Alsace à un horizon de 15-20 ans. Cette étude est conçue comme un outil d’aide à la décision à destination des différents acteurs du territoire, afin qu’ils puissent élaborer une politique globale d’aménagement du territoire sur le long terme, pour le rendre plus résilient, c’est-à- dire capable d’absorber les différents chocs extérieurs et intérieurs tout en continuant de fonctionner.

Cette démarche prend en compte tous les aspects du territoire Sud Alsace, qu’ils soient économiques, sociaux, politiques ou encore environnementaux.

Mais à quelle utilité ?

Des études approfondies de prospective auraient pu permettre au Sud Alsace d’anticiper les opportunités offertes ou de détecter les crises majeures à venir pour mieux s’y préparer. Ce territoire aurait pu être différent aujourd’hui : la crise n’est pas une fatalité.

Dans le contexte actuel, fait d’incertitudes majeures et où de nombreuses crises peuvent survenir, nous avons décidé d’agir en utilisant la prospective comme outil de développement, car elle nous offre justement la possibilité d’innover et d’imaginer nos futurs.

Les derniers travaux englobant un aussi grand nombre de paramètres datent de 1998 sous le nom de « Mulhouse au futur ». Toutefois, contrairement à ce dernier qui a été mené selon une logique verticale, nous voulons élaborer cette stratégie avec l’ensemble des acteurs concernés, qu’ils soient administratifs, économiques ou issus de la société civile pour sonder l’ensemble des futurs possibles et évaluer à quel point ils sont désirables.

Nous pouvons adopter quatre attitudes différentes face à l’avenir :

  1. La première est la passivité, c’est-à- dire subir le changement.
  2. La deuxième est la réactivité ou l’action conditionnée par l’urgence.
  3. La troisième est l’assurance (ou la préactivité), c’est-à- dire se prémunir des changements prévisibles.
  4. La dernière attitude est la proactivité, c’est-à- dire, agir pour essayer provoquer les changements souhaités.

Et vous, quelle est la vôtre ?